Le mouvement baroque est souvent comparé à l'absolutisme, la Contre-réforme et le renouveau catholique mais l'existence de l'art et de l’architecture baroque dans les pays non-absolutistes et protestants en Europe occidentale témoignent de sa grande popularité. La forme d’art baroquela plus importante ayant eu cours durant la période commençant aux alentours de 1600 et se terminant dans le début du 18e siècle est la peinture.

L'art baroque est caractérisé par des couleurs riches et profondes ainsi qu’une lumière intense et des ombres importantes. Il est destiné à susciter l'émotion et la passion au lieu de la rationalité calme qui avait été prisée durant la Renaissance. Par opposition à la Renaissance qui montrait généralement le moment avant qu’un événement ait lieu, les artistes baroques choisissent le point de vue le plus spectaculaire : le moment où l'action se produit. Michel-Ange, travaillant dans la Haute Renaissance, montrait David avant qu'il ne se batte avec Goliath. Dans l’art baroque, David est montré au moment même où il lance la pierre au géant.

Les artistes baroques choisissent le point de vue le plus spectaculaire : le moment où l'action se produit.

Parmi les plus grands peintres de l'époque baroque, on retrouve Le Caravage, Rembrandt, Rubens, Velázquez, Poussin et Vermeer. Le Caravage est un héritier de la peinture humaniste de la Renaissance. Son approche réaliste de la figure humaine, peinte de façon spectaculaire sur un fond sombre a choqué ses contemporains et a ouvert un nouveau chapitre dans l'histoire de la peinture. Ainsi, la peinture baroque dramatise souvent des scènes en utilisant des effets de lumière en clair-obscur. Ceci peut d'ailleurs être remarqué dans les œuvres de Rembrandt, Vermeer, Le Nain et De la Tour. Le peintre flamand Antoine Van Dyck a également développé un style de portrait gracieux et imposant qui a été très influent, surtout en Angleterre.

La prospérité de la Hollande du 17e siècle a conduit à une énorme production d’oeuvres d’art par un grand nombre de peintres qui étaient, pour la plupart, hautement spécialisés. Ils peignaient des scènes de genre, des paysages, des natures mortes, des portraits ou des peintures d'histoire. Les normes techniques étaient très élevées et la peinture hollandaise à cet âge d'or a établi une nouvelle façon de peindre des sujets qui a été très influente jusqu'à l'arrivée du modernisme.

Le Concile de Trente, de 1545 à 1563, dans lequel l'Église catholique romaine répond aux nombreuses questions de réforme interne soulevées par les protestants et par ceux qui étaient restés à l'intérieur de l'Église catholique, s'est adressé aux arts figuratifs dans un passage court de ses décrets. Cela fut ensuite interprété et expliqué par un certain nombre d'auteurs, comme Molanus, qui ont exigé que des peintures et des sculptures dans des contextes religieux représentent leurs sujets clairement et puissamment, avec le décorum, sans maniérisme.

Ce retour vers une conception populiste de la fonction de l'art ecclésiastique est considéré par de nombreux historiens de l'art comme ayant produit les innovations du Caravage et des frères Carrache. Ils ont tous travaillé en compétition pour les commissions de Rome vers 1600. Contrairement à Carrache, Caravage, qui persistait dans ses idées, a été critiqué pour le manque de religion dans son travail. Cependant, bien que la peinture religieuse, la peinture d'histoire, les allégories et les portraits étaient encore considérés comme les sujets les plus nobles, les paysages, les natures mortes et les scènes de genre ont également été de plus en plus courants dans les pays catholiques et ont été les genres principaux des pays protestants.