Né à Naples le 7 décembre 1598, mort à Rome le 28 novembre 1680, Lorenzo Bernini était un artiste italien qui a travaillé principalement à Rome. Il était le meilleur sculpteur de son temps ainsi qu'un éminent architecte. En outre, il peignait, écrivait des pièces de théâtre et exécutait des travaux en métal ainsi que des décors.

En étudiant la sculpture classique, Bernini acquit la capacité unique de capturer, avec le marbre, l'essence d'un moment narratif avec un réalisme qui était presque choquant. Il devint rapidement le successeur de Michel-Ange, éclipsant d'autres sculpteurs de sa génération tel que son rival Alessandro Algardi. Son talent, prolongé au-delà des limites de la sculpture, et sa capacité à synthétiser la sculpture, la peinture et l'architecture dans un ensemble conceptuel cohérent et visuel ont été appelés, par l'historien d'art Irving Lavin, « l'unité des arts visuels ». En homme profondément religieux, Bernini utilisait la lumière comme un élément important dans la perception métaphorique de ses tableaux et peintures religieuses, souvent en utilisant des sources lumineuses cachées qui servaient à intensifier l'objet d'un culte religieux ou améliorer le moment dramatique d'une œuvre.

Bernini était aussi une figure de premier plan dans l'émergence de l'architecture baroque romaine avec ses contemporains l'architecte Francesco Borromini et le peintre et architecte Pietro da Cortona. Au début de leur carrière, ils travaillèrent tous ensemble au Palais Barberini, d'abord sous Carlo Maderno et, à sa mort, sous la direction de Bernini. Plus tard, cependant, ils furent en compétition et des rivalités féroces se développèrent, en particulier entre Bernini et Borromini.

En dépit de l'inventivité, sans doute plus grande en architecture, de Borromini et Cortona, Bernini, bénéficiait d'un sens artistique plus développé, ce qui lui fit obtenir plus de contrats, en particulier pendant les règnes des papes Urbain VIII (1623-1644) et Alexandre VII (1655-1665). Il fut en mesure d'obtenir la commande la plus importante dans la Rome de son époque : la Basilique Saint-Pierre. La Piazza San Pietro, en face de la basilique, est l'une de ses conceptions architecturales les plus brillantes et innovatrices.

La Piazza San Pietro, en face de la basilique Saint-Pierre, est l'une de ses conceptions architecturales les plus brillantes et innovatrices.

Au cours de sa longue carrière, le Bernin reçut de nombreuses commandes importantes dont beaucoup ont été associés à la papauté. Dès son jeune âge, il obtint l'attention du neveu du pape, le cardinal Scipion Borghèse et, en 1621, à l'âge de seulement vingt-trois ans, il fut nommé chevalier par le pape Grégoire XV. Après son accession à la papauté, Urbain VIII aurait dit: « Votre chance est grande d’avoir le cardinal Maffeo Barberini comme Pape, mais la nôtre est beaucoup plus grande d'avoir le chevalier Bernini, vivant, dans notre pontificat ».

Bien qu'il n’eut pas été très bien traité pendant le règne d'Innocent X, il retrouva sa première place en tant que domination dans le domaine artistique sous Alexandre VII et continua d’être tenu en haute estime par Clément IX.

Bernini et d'autres artistes tombèrent en disgrâce plus tard avec la critique néoclassique de l'époque baroque. Ce n'est qu'à partir de la fin du XIXe siècle que, dans la recherche d'une compréhension de la production artistique et du contexte culturel dans lequel il fut produit, on en vint à reconnaître les réalisations de Bernini et que l’on réinstaura sa réputation artistique.